• Astuces d'hiver

    Rouler par grand froid, quand on n'habite pas dans le sud de la France, c'est une obligation pour faire des kilomètres qui servent de base pour la saison. Les victoires estivales se construisent l'hiver...

    Du coup, chacun a ses petits trucs pour affronter le froid, la pluie et le vent. Quand on est cycliste, il arrive souvent de rouler par des températures proches de -5°. Quand c'est un froid sec, ça va, mais quand l'humité est présente, c'est moins évident. Personnellement, je place des petites chaufferettes (en vente chez décathlon) dans mes gants et mes chaussures (en plus des couvre-chaussures en néoprène) quand le thermomètre flirte avec les 0° ou en dessous. J'utilise même des mouffles pour rouler, ainsi les doigts se touchent et je n'ai pas froid. Je mets aussi un cache-col par dessus ma veste thermique, car l'air froid s'infiltre par le haut de la veste. En plus, ça protège la gorge et les bronches sensibles au froid, si on respire à travers le tissu. Sous le casque, je mets un bandeau ou un couvre tête, car beaucoup d'énergie calorifique est dépensée par garder au chaud la tête et le cerveau...(si si les cyclistes en ont un aussi !).

    Si la route est trempée, je monte un garde-boue sur mon vélo, ça fait "cyclo-saccoche"  mais ça évite de se salir et surtout d'avoir des projections d'eau glacée. J'essaie d'avoir des pneus en bon état pour éviter autant que possible les crevaisons, car ça peut vite devenir galère s'il fait froid et que les mains sont gelées. Imaginez pour démonter le pneu de la jante par -3°.

    Au niveau alimentation, il est super important de manger régulièrement sur le vélo. Premièrement, parce que dès qu'on dépasse 2h30 d'effort, il faut s'habituer à se ravitailler pour de pas avoir de baisse de régime et maintenir un entrainement correct. Deuxièmement, car le fait de manger créé une production de chaleur et donc nous réchauffe. Troisièmement, car le corps consomme beaucoup plus quand il fait froid. Il est essentiel de s'hydrater, de ce fait je glisse un bidon thermique, rempli d'un liquide glucosé chaud dans la poche arrière.

    Voilà, après la motivation fait le reste, rouler en groupe est souvent plus facile même s'il ne faut pas s'endormir dans les roues au risque d'être congelé en peu de temps. Bien tourner les jambes, l'idéal d'organiser une file montante et une file descendante dans le groupe, comme ça on alterne effort et abris.

    Au retour, une bonne douche chaude, une collation avec un thé vert au miel, une pastille d'acérola si on a eu froid pendant la sortie et il ne reste plus qu'à attendre que les beaux jours arrivent...

    "Quand le coeur est chaud, on n'a pas froid au corps." (Lao Che)
       


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :